Accueil du site > L’instant philo. > Carpe diem.

Carpe diem.

"Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais, mais si on me le demande, et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus.
Pourtant, je le déclare hardiment, je sais que si rien ne se passait, il n’y aurait pas de temps à venir. Comment donc ces deux temps, le passé et l’avenir, sont-ils, puisque le passé n’est plus et que l’avenir n’est pas encore ?
Quant au présent, s’il était toujours présent, s’il n’allait pas rejoindre le passé, il ne serait pas du temps, il serait l’éternité....
Ce qui m’apparaîtra maintenant avec la clarté de l’évidence, c’est que ni l’avenir, ni le passé n’existent
."
Cet extrait des ’’Confessions’" de Saint Augustin rejoint le ’’ Carpe diem, carpe horam ’’ bien connu du poète épicurien Horace :
Il y a deux façons de grimper au sommet d’une montagne. La première est de monter en étant tendu vers le but à atteindre, sans rien voir ni profiter de l’ascension.
La seconde façon fait de l’ascension, et non du sommet, le but même de cette ascension.
Et des écrivains nous montrent aussi le chemin de la mindfulness attitude :
- ’’Quand je danse, je danse ; quand je dors, je dors’’... Kabat-Zinn ?..... Non, Montaigne !

Et de poursuivre
- ’’Et quand je me promène solitairement en un beau verger, si mes pensées sont entretenues des occurences étrangères quelque partie du temps, quelque autre partie je les ramène à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi.’’
Ou plus près de nous, Christian Bobin :
- ’’Cette fleur de l’instant, cette haute conscience brûlante de la vie passagère, est un accès au plus éternel, et donne une paix qui ensuite demeure par-dessous tous les accidents de la vie.’’

Ou Anselm Grün :
- "Nous pouvons passer de l’intranquilité au calme, en concentrant à chaque instant notre attention sur ce qui est..."
"Dans l’attention, nous agissons de façon réfléchie, consciente, nous sommes tout à ce que nous faisons, nous agissons tous sens éveillés. Corps et esprit sont convoqués au même titre dans l’action. Etre attentif signifie que nous sommes présents à chaque instant....Nous sommes en toute conscience à ce que nous faisons, que nous tenions un outil, un stylo ou une clé dans la main.Nous sommes dans nos sens, dans notre corps....Nous marchons en étant tout à notre marche, conscients de nos mouvements, de nos muscles et de notre peau....C’est un bon exercice que de vivre chaque jour quelques instants dans cette attentive conscience.L’attention pourrait alors devenir un rituel : Par exemple sortir de chez soi en humant l’air, marcher en sentant le vent et le soleil, en jouissant de chaque pas..."
Ces propos d’Anselm Grün extraits d’un de ses 300 ouvrages (Invitation à la sérénité du coeur, Albin Michel, 2002) évoquent des exercices de pleine conscience.
Adepte du bouddhisme ou des programmes de Kabat-Zinn ? On peut en douter, il est moine bénédictin depuis une cinquantaine d’années.
Cette pleine conscience est décidémént largement pratiquée historiquement et géographiquement. Ce qui relie ces auteurs, qu’ils soient spiritualistes, religieux, philosophes, ou simplement dans une recherche de meilleure connaissance d’eux-mêmes, semble être une certaine sagesse.

Nous savons maintenant qu’elle peut être de surcroit, hautement thérapeutique !