Accueil du site > Méditation, applications thérapeutiques > Autres applications > Attention, mémoire et pleine conscience.

Attention, mémoire et pleine conscience.

Attention, mémoire et pleine conscience.
Il y a encore une quinzaine d’années, on pensait que nous possédions à la naissance un stock de neurones, qui se réduisait chaque jour d’une centaine d’unités, entrainant inévitablement des pertes d’attention, de concentration, de mémoire, et des maladies, par définition, neuro-dégénératives.
Fred Gage (à ne pas confondre avec Phinéas Gage qui eut quelques désagréments avec une barre à mines ayant traversé son lobe frontal....cf. Damasio en bibliographie), de l’université de Californie, mit fin à ce dogme en démontrant que de nouveaux neurones pouvaient être générés, et ceci à tout âge.
Dans le monde des neurones, rien n’est en effet figé : Leur plasticité permet d’adapter leur fonctionnement et leurs interconnexions aux diverses sollicitations. Et plus ils sont sollicités, stimulés, plus leurs connexions se multiplient, et plus le risque de maladie dégénérative est retardé.
Mais comment optimiser les possibilités de régénérescence et de plasticité ?
Des études asiatiques et londonienne ont montré qu’un fort lien social et une vie professionnelle prolongée diminuent significativement les risques de dépression et de maladie d’Alzheimer ( deux maladies entrainant une forte diminution du nombre de neurones).
Une hygiène de vie proposant des activités physiques, un bon sommeil et une bonne gestion du stress et des émotions, complète cette optimisation.
Plus spécifiquement, des exercices ciblés sur un renforcement cognitif, permettent d’améliorer l’attention, la concentration et donc la mémoire. De multiples jeux et guides pratiques destinés à améliorer les capacités cérébrales sont efficaces, à condition de varier au maximum les compétences sollicitées et les activités.
La mémoire corporelle peut également être mise à contribution, en relation avec la mémoire procédurale (nos automatismes et activités physiques, comme le vélo), avec les émotions, ou plus spécifiquement avec l’aptitude qu’a le corps de conserver et de restituer des souvenirs oubliés.
Cette aptitude est particulièrement intéressante dans la maladie d’Alzheimer.

Pour plus de précisions, lire le document ci-dessous.

PDF - 145.3 ko

Les exercices de pleine conscience, aussi appelée attention vigilante, (consistant à porter son attention uniquement sur la respiration, les sensations corporelles, les sons, les pensées, ou à tout ce qui se déploie à chaque instant) permettent d’améliorer l’attention, mais aussi la concentration et la mémoire :
En effet, ils mettent en jeu des capacités d’inhibition permettant de débarrasser l’attention des informations inutiles, et repoussant les pensées non pertinentes (Moore et Malinowski.2009).
De plus les capacités de flexibilité mentale (d’imagination, d’originalité, permettant de changer de stratégie quand un problème évolue, et d’éviter la stéréotypie ou la persévération dans une direction mal adaptée, ou la répétition de schémas inappropriés) sont aussi améliorés par cet entrainement à la pleine conscience, selon ces mêmes auteurs.
Ces deux capacités ayant tendance à devenir moins efficaces avec l’âge, doivent être prises en compte dans le cadre d’un renforcement cognitif destiné à favoriser la régénérescence des neurones et leur plasticité.
De plus d’autre études (Williams et al. 2000) et (Heeren et al. 2009) ont montré l’efficacité des exercices de pleine conscience pour l’amélioration de la mémoire épisodique.